• mardi , 11 décembre 2018

APPEL DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET DU SOMMET DU PACTE MONDIAL DE L’ONU POUR UN NOUVEAU CONTRAT SOCIAL

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l’ouverture de l’Assemblée générale de l’ONU (AGONU) cette semaine à New York, la présidente de l’Assemblée,María Fernanda Espinosa Garcés, a déclaré : «Le monde a besoin d’un contrat social basé sur un partage des responsabilités, et le seul forum dont nous disposions pour parvenir à un tel pacte mondial sont les Nations Unies».

Le Sommet des dirigeants du Pacte mondial de l’ONU, qui a lieu simultanément à l’AGONU, a réuni syndicats, chefs d’entreprise et investisseurs aux côtés des chefs de gouvernement pour explorer comment œuvrer ensemble pour construire et investir dans la paix pour tous et l’avancement des Objectifs de développement durable (ODD). Il appelle les parties prenantes partout, y compris les entreprises, à placer les êtres humains au cœur des stratégies et politiques de développement durable – garantissant un avenir où personne ne soit laissé pour compte.

Le Pacte mondial avait été mis sur pied en 2000 par l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan et le premier Sommet des dirigeants avait eu lieu en 2004. L’appartenance au Pacte est basée sur l’adhésion à dix principes dans les domaines des droits humains, du travail, de l’environnement et de la lutte contre la corruption.

S’adressant au Sommet à New York, la secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow, a déclaré : « Le monde fracturé dans lequel nous vivons aujourd’hui requiert un nouveau contrat social – un engagement de toutes les entreprises à assurer le plein emploi, les droits et la sécurité, de même que la protection sociale, un salaire minimum vital et la négociation collective, afin de garantir une redistribution des richesses fondée sur l’égalité, l’élimination de l’évasion fiscale et des services publics de bon aloiEt nous ne pouvons transiger avec l’action climatique, assortie de mesures de transition juste pour les travailleurs et leurs communautés.

«Le traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme, renfermant des obligations statutaires en matière de diligence raisonnable, de plaintes et de réparations, est essentiel pour éradiquer l’esclavage moderne et l’oppression du travail à bas salaire, précaire et peu sûr dans les chaînes d’approvisionnement d’aujourd’hui.

«Les ODD ouvrent la voie à la justice sociale – un monde zéro-pauvreté, zéro carbone – cependant, si nous tenons à restaurer la confiance dans la démocratie et créer un environnement propice pour la paix et la prospérité, les modèles économiques devront placer les gens, le travail décent et l’environnement au centre du développement

Sharan Burrow et Philip Jennings, ancien secrétaire général d’UNI Global Union, sont membres du Conseil d’administration du Pacte mondial de l’ONU.

Related Posts