• vendredi , 22 mars 2019

DECLARATION DE L’ALLIANCE INTERNATIONALE DES MIGRANTS A L’OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes migrantes refusent l’esclavage moderne, l’exploitation économique et la misogynie.

Le monde ne s’est pas amélioré dix ans après la crise économique mondiale de 2008. Malgré l’adoption de plusieurs mesures d’atténuation dans les économies de marché, la croissance mondiale après 2008 reste anémique, les États-Unis, la plus grande économie mondiale, se développant en dessous de 3%. La croissance sinistre de nombreuses économies capitalistes s’accompagne d’une augmentation de la dette publique et privée. L’Institute of International Finance a estimé qu’au premier trimestre de 2018, la dette mondiale atteignait 247 milliards USD, soit plus de trois fois la valeur du PIB mondial projeté pour 2019.

Dans de nombreux pays du Sud, émetteurs de migrants, le capitalisme néolibéral est en train de détruire des millions de vies. L’accaparement des terres et la dépossession d’actifs sont monnaie courante et ils s’accompagnent de politiques du travail extrêmement compétitives, qui contraignent les hommes et les femmes à émigrer. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), la migration forcée est « un mouvement migratoire dans lequel il existe un élément de coercition, comprenant des menaces à la vie et aux moyens de subsistance, que ce soit par des causes naturelles ou créées par l’homme. « , et telle est la réalité à laquelle sont confrontés des millions de migrants.

Les travailleurs migrants continuent d’être traités comme des marchandises sans droits et souffrent de conditions d’esclavage. Les travailleurs domestiques migrants, les travailleurs agricoles, les travailleurs informels reçoivent les salaires les plus bas; dans de nombreux pays, ils sont exemptés du droit du travail et restent exposés aux violences physiques et sexuelles. La Convention 189 de l’Organisation internationale du Travail (OIT), qui établit le travail décent pour les travailleurs domestiques, ne peut être opposable et applicable que si une majorité de pays le ratifie, à l’instar des principaux pays d’origine des travailleurs migrants que les gouvernements des pays bénéficiaires ne sont toujours pas convaincus de la nécessité d’un tel accord. L’attention de nombreux gouvernements est axée sur les profits et non sur les personnes, pas sur les migrants.

Alors que la crise économique frappe les travailleurs, les migrants sont accusés de « voler » des emplois à la population locale. En Europe, les conservateurs accusent les migrants et les réfugiés d’avoir « exporté » la pauvreté à l’intérieur des pays riches. Aux États-Unis, sous la direction de Donald Trump, les familles des migrants sont séparées, mères et pères de leurs enfants, sous prétexte de contrôler la migration irrégulière. La xénophobie et le racisme sont en augmentation et ce sont les migrants et les réfugiés qui souffrent le plus.

Les femmes migrantes subissent les plus grands abus, la plus grande oppression. Les femmes migrantes continuent d’être victimes de la traite, d’abus et d’exploitation. Nous écoutons chaque jour les souffrances de nos soeurs du monde entier. Malgré les cas de répercussion publique élevée tels que celui d’Erwiana à Hong Kong ou de Mary Jane en Indonésie, ou les souffrances collectives des frères et soeurs de Syrie et de Rohingya au Myanmar, nous continuons à souffrir jour après jour. Pendant que nous disons cela, nos sœurs de l’exode migratoire d’Amérique centrale continuent de souffrir à la fois de l’abandon de leurs gouvernements respectifs et de la violence qui leur est infligée à la frontière américano-mexicaine.

Le 8 mars, Journée internationale des travailleuses, nous devons, en tant que femmes migrantes, rejeter l’exploitation et les abus. Le 8 mars, nous devons nous unir à d’autres travailleurs acharnés et, ensemble, rejeter l’attaque du capitalisme néolibéral sur notre subsistance et notre bien-être.

Puisse nos victoires passées, grandes et petites, être le printemps, la source de notre force, pour que nous puissions continuer la lutte. Nous lutterons contre l’esclavage, la misogynie, le racisme et la xénophobie et le néolibéralisme. Nous renforcerons la solidarité entre les sexes dans toutes les nations et renforcerons le mouvement de la classe ouvrière en créant un monde meilleur pour tous les travailleurs.

Eni Lestari

Président d’IMA

Related Posts