• vendredi , 27 novembre 2020

IL EST TEMPS DE REALISER LA PROMESSE INACCOMPLIE DU BPFA

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, nous appelons les gouvernements à prendre des mesures urgentes pour accomplir la promesse duProgramme d’action de Beijing (BPFA) de réaliser l’égalité des sexes et la justice sociale et d’accélérer les progrès en vue de la réalisation du Programme de développement durable (ODD) à l’horizon 2030, en particulier l’ODD 8 sur le travail décent, l’ODD 5 sur l’égalité des sexes et l’ODD 4 sur l’éducation et la formation professionnelle.

Adopté il y a 25 ans, le BPFA reste le plan directeur pour les droits humains des femmes et l’égalité des sexes. Bien que des avancées significatives aient été accomplies dans tous les domaines d’action du BPFA, aucun pays n’a encore traduit dans les faits la vision féministe radicale qui y est énoncée. À l’échelle mondiale, les femmes représentent la majorité des travailleurs pauvres alors que moins de la moitié des femmes en âge de travailler ont un emploi rémunéré. Confrontées à la ségrégation professionnelle et la sous-valorisation de leur travail, les femmes sont plus susceptibles d’occuper des emplois mal rémunérés, précaires et informels. Les femmes gagnent en moyenne 20 % de moins que les hommes, et beaucoup d’entre elles vivent leur retraite dans la pauvreté. Tandis que les stéréotypes sexistes persistent au sein de la société, les femmes continuent à assumer la plus grande partie des activités de soins non rémunérées et sont plus défavorisées dans les systèmes de protection sociale. La violence sexiste, la discrimination et les systèmes d’oppression entrecroisés, fondés sur la classe, la race, le statut migratoire, l’orientation sexuelle et l’identité de genre, sont en jeu à chaque étape de la vie des femmes et continuent d’avoir une incidence sur leurs expériences professionnelles.

Les attaques contre les droits et les libertés civils, y compris les droits syndicaux, l’échec des politiques économiques, notamment les programmes d’austérité et la privatisation des services publics, outre la fragmentation du lieu de travail et des relations de travail ont particulièrement touché les femmes. La crise climatique et les bouleversements massifs dus aux technologies et aux nouvelles formes de travail, telles que celles générées par les entreprises de plateforme, rendent le travail des femmes encore plus précaire et informel. La montée des droites populistes non seulement menace la démocratie et la paix mondiale mais entraîne déjà une érosion des droits humains des femmes un peu partout dans le monde.

Les syndicats se montrent à la hauteur de ces défis en changeant le discours et en renversant les tendances. Les droits des femmes, l’égalité et l’équité se trouvant au cœur de leur programme, les syndicats obtiennent des mesures visant à garantir un salaire égal pour un travail de valeur égale, un congé de maternité et des protections solides, des aménagements raisonnables pour les travailleurs handicapés, des politiques et des procédures de lutte contre le racisme, des politiques d’inclusion pour les travailleurs LGBT et l’égalité de traitement pour les travailleurs migrants, entre autres. Une transition juste pour l’ambition climatique figure au cœur de l’agenda économique et social, tout comme l’économie des soins, avec le potentiel de millions de nouveaux emplois verts et la possibilité de réduire et de redistribuer le travail non rémunéré dans le domaine des soins. La Convention historique de l’OIT sur la violence et le harcèlement de 2019 (C190) et sa recommandation (R206) démontrent le pouvoir de mobilisation des femmes, avec leurs syndicats et leurs alliés.

En cette Journée internationale des femmes, nous célébrons le rôle clé que les femmes et leurs syndicats ont joué au fil des années en vue de la réalisation des objectifs ambitieux énoncés dans le BPFA. Nous demandons que les aspirations du BPFA soient concrétisées par des mesures sur les axes suivants  :

  •  Garantir la liberté syndicale et la négociation collective en tant que droits fondamentaux de toutes les travailleuses  ;
  •  Garantir un socle de protection sociale et l’accès à la protection sociale pour tous les travailleurs, y compris dans l’économie informelle  ;
  •  Investir dans les soins pour l’égalité de genre et le développement  ;
  •  Éliminer la violence sexiste et le harcèlement dans le monde du travail  ;
  •  Promouvoir le leadership des femmes par le biais d’une approche féministe du leadership.

Related Posts