• samedi , 8 mai 2021

CONFERENCE DE PRESSE DE LA COALITION DES CENTRALES SYNDICALES SENEGALAISES : PREPARATIFS 1er MAI

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

80.000 TRAVAILLEURS IMPACTES PAR LA COVID-19: LA CCSS DEMANDE LA MISE EN PLACE D’UN FOND D’APPUI POUR LA PRESERVATION DES EMPLOIS EXISTANTS

La coalition des confédérations syndicales de travailleurs/es qui regroupe la CNTS, la CNTS/FC, la CSA, l’UDTS et l’’UNSAS a annoncé, ce mardi à Dakar, qu’au Sénégal, plus de 80 000 travailleurs sont impactés par les conséquences liées à la COVID-19. C’est la raison pour laquelle elle demande la mise en place d’un fond d’appui pour la préservation des emplois existants. En prélude à la commémoration de la Fête internationale du travail prévue le 01 mai prochain, les responsables de la coalition des centrales syndicales ont déclaré, au cours d’une rencontre avec la presse, que cette année il n’y aura pas de défilés comme en 2020, à la place un simple dépôt de cahiers de doléances est prévu au palais de la République avec le Chef de et la tenue de Webinaire, Covid-19 oblige.

  » Comme l’année dernière, la fête du travail de cette année est confrontée à l’épreuve de la Covid19, avec un lourd tribut supporté par les travailleurs et les entreprises. Si plus de 250 millions d’emplois ont été perdus en 2020, en raison de la pandémie de COVID19, 130 millions d’emplois supplémentaires sont menacés cette année selon l’OIT. Dans ce lot, les secteurs les plus touchés sont le tourisme, l’hôtellerie la restauration, les transports aériens, l’industrie manufacturière et le commerce. Au Sénégal, plus de 80 000 travailleurs sont impactés par les conséquences liées à la COVID-19, en dépit de l’ordonnance numéro 01 promulguée par le Président de la République le 08 avril 2020, invitant le patronat à éviter autant les licenciements pour des motifs économiques durant la pandémie   » a laissé entendre Elimane Diouf porte parole du jour de la coalition des centrales syndicales.

Pour lui, le chômage s’est amplifié et la précarité a gagné du terrain. La situation des travailleurs est devenue dramatique ! Plus de 60% d’entre eux sont sous contrat d’intérim ne disposent d’aucune protection sociale. Les droits des travailleurs sont ainsi bafoués dans de nombreuses entreprises. Les libertés comme celle de manifester et de faire la grève, droits fondamentaux consacrés par la Constitution, doivent être protégées et renforcées pour assurer la défense des travailleurs face à un patronat à qui la pandémie offre un prétexte tout trouvé. La Coalition fustige et condamne les purges opérées par des structures hôtelières, condamne ces pratiques d’un autre âge et exige la réintégration, sans délai, de tous les travailleurs privés de leur dignité.

  » la CCSS demande la mise en place d’un fond d’appui pour la préservation des emplois existant, mais déjà mal en point. S’inscrivant dans cette dynamique, la CCSS appelle à des réformes novatrices dans les relations professionnelles à travers un nouveau contrat social fondé sur un partenariat responsable visant le renforcement du pouvoir d’achat des travailleurs, le dialogue social et le pouvoir de négociation des organisations syndicales. Pour un front social apaisé, la Coalition exige de l’Etat l’application de tous les accords signés avec les syndicats des secteurs de l’enseignement, de la santé, de la justice, des collectivités territoriales, des transports, ainsi que l’application de toutes les décisions de justice  » faut-il savoir.

D’ailleurs, il souligne que la Coalition des centrales syndicales apprécie positivement la signature du pacte sectoriel du tourisme et de la navigation aérienne et appelle toutes les parties au respect de leurs engagements.

Dakar24sn.com

Related Posts