• mercredi , 22 septembre 2021

CONFERENCE DE PRESSE DU SYNDICAT DES TRAVAILLEURS DE L’ELEVAGE

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Syndicat national des travailleurs de l’élevage (Snte) dénonce la non-satisfaction de leurs doléances contenues dans un mémorandum qu’il avait remis au président Macky Sall le 18 décembre 2018. Amadou Lamine Karé et Cie qui étaient en conférence de presse ce samedi 26 juin n’apprécient pas les écarts existant dans le traitement salarial entre eux et leurs homologues de la santé subissant les mêmes formations et appartenant à la même hiérarchie. Le SNTE menace ainsi de « paralyser » le secteur de l’élevage si rien n’est fait dans les meilleurs délais.

Le Syndicat national des travailleurs de l’élevage dit constater que la promesse tenue le 18 décembre 2018 par le chef de l’Etat lors de la journée de l’élevage tarde toujours à se concrétiser. Ce que « regrettent » Amadou Lamine Karé secrétaire général dudit syndicat et compagnie. 

En conférence de presse ce samedi dans les locaux de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS), M. Karé a dit « constater » que « depuis toujours, les travailleurs de l’élevage sont les laissés pour contre du système de rémunération de l’administration publique ». Et pourtant! Le président Macky Sall s’était engagé à étudier leur mémorandum reçu lors de la journée de l’élevage de 2018 dans le but d’y apporter des solutions. 

« Mais force est de constater amèrement que c’est toujours le statu quo », commente Amadou Lamine Karé, envahi par un sentiment de regret et de désolation. Mais la discipline dans l’expression, la sérénité dans le comportement de M. Karé était toujours de mise. Le regard tantôt figé en direction des caméras, tantôt contraint à effectuer une promenade à 180°, donnant l’impression d’apostropher, par la vue, chaque personne dans la salle, Amadou assène, cette fois-ci : « Et pire, le président de la République, lors de la dernière fête du 1er mai, suite au rappel du Secrétaire Général de la CNTS, notre camarade Mody Guiro, a déclaré n’être pas en mesure de satisfaire de telles doléances. » 

« Ce que nous ne pouvons pas accepter. », lance-t-il, l’air ferme. « Quitte à paralyser le secteur de l’élevage pour la satisfaction de nos revendications », insiste le secrétaire général du SNTE. Le mémorandum en question tourne essentiellement autour de la question de la rémunération des agents de l’Etat. Et Amadou Lamine Karé de rappeler : « Le statut général de la fonction publique repose sur un fondement d’éthique. » Dès lors soutient-il, le système de rémunération doit respecter les principes d’égalité et d’équité pour donner à chacun le sentiment d’être traité à sa juste valeur. 

Ce qui est plus révoltant, selon le Secrétaire Général  du Syndicat National des Travailleurs de l’Elevage, c’est que les travailleurs de l’élevage sont fortement lésés contrairement à leurs homologues de la santé. Il dénonce, en ce sens, le fait que les écarts dans le traitement salarial de ces deux catégories d’agents d’une même administration sont énormes ».  Alors que rien ne justifie ces inégalités, déplore le syndicaliste. 

« Nous avons des formations similaires, appartenons à la même hiérarchie et exerçons les mêmes responsabilités », précise enfin le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l’élevage, Amadou Lamine Karé. 

Related Posts