• jeudi , 9 décembre 2021

SOMMET DE L’ONU SUR LE CLIMAT A GLASGOW : LA TRANSITION JUSTE EST LA VOIE A SUIVRE VERS UNE AMBITION MONDIALE

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndicats ont averti les dirigeants mondiaux présents à la COP26 à Glasgow le dimanche 31 octobre que l’absence de mesures de transition juste pour réduire les émissions mondiales menace la stabilité économique et politique, au moment où les travailleurs se trouvent confrontés à une convergence de crises avec l’urgence climatique, une pandémie mondiale, les inégalités et la perte de confiance dans la démocratie.


« Nous nous trouvons engagés dans une course contre la montre pour stabiliser la planète et la COP26 est, en ce sens, une étape déterminante. Toutes les industries doivent opérer une transition pour nous donner l’espoir d’un avenir positif, or un trop grand nombre de chefs de gouvernement se rendront au sommet des Nations Unies sur le climat avec des ambitions qui ne répondent pas aux contraintes cruciales d’une hausse de la température moyenne limitée à 1,5 degré, voire 2 degrés », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a qualifié le dernier rapport du GIEC sur le climat de « Code rouge pour l’humanité ». Mais malgré cela, les plans de mise en œuvre des gouvernements, les NDC (contributions déterminées au niveau national), ne passent pas le test de l’ambition climatique, du dialogue social et de la transition juste.

  • 191 parties ont soumis à l’ONU des plans de réduction des émissions, mais l’ensemble de ces plans fait apparaître une augmentation de 16 % en 2030 par rapport à 2010, selon le rapport de la CCNUCC 2021 sur les NDC.
  • Alors que 49 pays font référence à la transition juste dans leur NDC, près de 9 sur 10 privent les travailleurs et les communautés d’un droit de regard sur leur propre avenir en omettant de recourir au dialogue social, selon les recherches de la CSI.

« Moins d’un quart des gouvernements s’engagent en faveur de la transition juste dans leur NDC. Cela ne donne pas d’espoir aux travailleurs et à leurs communautés et ne contribue aucunement à engendrer la confiance. Au nombre des gouvernements dotés de plans crédibles en matière de transition figurent notamment : l’Argentine, l’Union européenne (UE), l’Allemagne, le Kenya, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne et le Suriname.

Les familles de travailleurs ont besoin d’emplois – des emplois respectueux du climat assortis de transitions justes. Dollar pour dollar, les investissements respectueux du climat créent plus d’emplois à court terme que les investissements non durables, selon l’analyse d’études menées dans le monde entier par le WRI (World Resources Institute), la Confédération syndicale internationale (CSI) et le NCE (New Climate Economy).

Des emplois peuvent être trouvés dans tous les secteurs, à condition que les gouvernements, les investisseurs et les entreprises acceptent d’impliquer les travailleurs dans le dialogue social et d’avoir des plans transparents pour un avenir fondé sur des énergies et des technologies propres », a déclaré Sharan Burrow.

  • Dollar pour dollar, les investissements dans les transports publics créent 1,4 fois plus d’emplois que la construction de routes, selon une nouvelle étude du WRI, de la CSI et du NCE. 
  • L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) a estimé que le secteur des énergies renouvelables pourrait employer plus de 40 millions de personnes d’ici à 2050 et que le nombre total d’emplois dans le secteur énergétique pourrait atteindre 100 millions à l’horizon 2050, par rapport à 58 millions actuellement, si les énergies renouvelables étaient exploitées au maximum de leur potentiel.
  • Au niveau mondial, 12 millions d’emplois ont été créés dans le secteur des énergies renouvelables l’an dernier, contre 11,5 millions en 2019, selon l’étude de l’OIT intitulée Renewable Energy and Jobs: Annual Review 2021

« Les emplois respectueux du climat assortis d’une transition juste, de politiques industrielles et de plans d’investissement doivent être accompagnés d’un financement climatique permettant de décarboniser chaque pays. Le respect des engagements pris dans le cadre du fonds pour le climat, doté de 100 milliards USD, est essentiel pour un avenir bas carbone. La fourniture d’une aide financière adéquate pour réparer les pertes et les dommages déjà occasionnés dans les pays du Sud sera déterminante pour le succès de la conférence des Nations Unies sur le climat à Glasgow », a déclaré Mme Burrow. 

FIN

Rendez-vous sur Wakelet pour suivre les mises à jour des réseaux sociaux sur #COP26 #JustTransition et #ClimateAction : https://wakelet.com/wake/2UfL7KKc0K0ZGIae5-kLE

À lire, le Rapport Nouveaux fronts pour la COP26 de la CSI, « La justice sociale pour l’ambition climatique » (en anglais, français et espagnol)

À lire également le rapport CSI, WRI, NCE « The Green Jobs Advantage: How Climate-friendly Investments are Better Job » (en anglais uniquement)

Cliquez ici pour lire cet article en ligne

Related Posts