• lundi , 8 août 2022

CONFÉRENCE DE PRESSE DE L’UNION DES ENSEIGNANTS DU SÉNÉGAL

L’UES mitraille la gestion du ministère de la Formation Professionnelle

L’Union des Enseignants du Sénégal a tenu une conférence de presse aujourd’hui sur le thème : « Non à l’iniquité dans le traitement du personnel Enseignant». Ces derniers, victimes d’injustice se veulent être dans les mêmes conditions que leurs collègues fonctionnaires.

La rencontre a porté essentiellement sur trois points dont la lancinante question des enseignants décisionnaires discriminés L’inadéquate prise en charge financière des professeurs contractuels découlant du non-respect di protocole d’accord du 26 février 2022 La gestion opaque et clientéliste du secteur de l’emploi, de la Formation Professionnelle, de Apprentissage et de l’assertion.

Abdourahmane Kane, secrétaire général national de ladite union avance que l’iniquité dont ils sont relève du fait que la loi 74 347 du 12 avril fixant le régime spécial applicable aux agents fonctionnaires de l’état qui régit les décisionnaires est caduque. Dans la logique de retrouver leurs droits, ils revendiquent la prise en compte de 40% de l’ancienneté en cas de reclassement pour respecter le parallélisme des formes avec les fonctionnaires ; de prendre la date d’anniversaire de l’agent à la retraite comme date d’entrée en puissance de sa pension à l’instar de celle de la liquidation des droits à la pension de retraite ; de veiller à l’harmonisation des cotisations avec celles du Fond National de Retraite (FNR) pour permettre aux décisionnaires d’avoir des pensions acceptables ; la diligence du traitement des dossiers des pensionnaires de l’IPRES qui attendent plusieurs mois avant de recevoir leur maigre pension à cause des lenteurs, de prendre en charge le service médicale. Elle réclame aussi la tenue régulière des commissions d’avancement des enseignants contractuels pour leur permettre de bénéficier de leur plan de carrière et d’être motiver.

A l’instar des autres enseignants, renseigne le secrétaire. Par ailleurs, il lance un signal d’alerte et indique la stabilité de l’école est incompatible avec des enseignants traités différemment alors qu’ils sont recrutés dans les mêmes conditions et sont assujettis aux mêmes devoirs. Elle regrette de même la négligence de carrière des formateurs. « Il n’existe pas de dispositif de formation pour certaines, filières notamment: l’informatique, la gestion, la cordonnerie, la bijouterie et le traçage ».

SOURCE REWMI.COM

Related Posts